Projets et propositions sur la table de travail


Vous n'en avez pas marre des bouchons ?

tous les matins pour vous rendre au travail et tous les soirs pour rentrer à la maison ?

En réponse, le 8 mai dernier, au téléjournal de la #RTS, on entendait que la solution serait d'augmenter l'abonnement général (AG-GA) pour pouvoir faire plus d'investisements.

Oups, c'est la bonne solution vous pensez ?

Bon, quand on écoute le représentant des CFF, il dit : "ce n'est pas nous, c'est nos partenaires qui ont besoin de plus d'argent". C'est probablement vrai car, si l'on veut plus de confort dans les transports publics, de meilleurs horaires, une fréquence plus importante, ces sociétés doivent investir et n'ont pas toujours les moyens de le faire.

On peut comprendre qu'elles doivent augmenter les prix mais baisser le pouvoir d'achat des citoyens n'est pas la solution. Chez nos voisins, on voit bien que cela ne marche pas. Il faut donc agir autrement.

 

Nous pouvons agir de différentes façons.

  • S'énerver matin et soir dans sa voiture.
  • Maudire les autorités et se jurer de ne plus voter pour les mêmes candidats aux prochaines élections.
  • Proposer des solutions. Une compilation d'idées citoyennes existe sur le site www.ntfr.ch et vous pouvez proposer vos idées d'amélioration.
  • Profiter de cet instant d'immobilisme pour réviser une langue, apprendre la PNL ou s'entrainer pour l'émission "N'oubliez pas les paroles" en chantant à tue-tête dans votre voiture.
  • Inviter les recruteurs à recruter plus local.
  • Mais il y a peut-être une autre solution : proposer que les cantons participent aux frais de transport des pendulaires.
S'énerver matin et soir dans sa voiture.

ça, c'est bon pour l'économie pharmaceutique, les assurances maladies, les carrossiers, cela rapporte des millions en TVA. Alors svp continuez !

Maudire les autorités et se jurer de ne plus voter pour les mêmes candidats aux prochaines élections.

ça ne changera pas grand chose car, si cela fonctionnait, on l'aurait déjà fait.

Profiter de cet instant d'immobilisme pour réviser.

La formation continue est importante, ajouter une langue ou une méthodologie, améliorer ses soft skills est très important. Et vous avez moins l'impression de perdre votre temps.

Inviter les recruteurs à recruter plus local.

C'est ce que nous faisons depuis plusieurs années en leur proposant des solutions qui permettent de recruter local.

Mais ils ont tout plein d'excuses pour ne pas les utiliser. Cela n'est pas grave, plus jeunes que nous, ils respireront, de même que leurs enfants et plus longtemps que nous, un air pollué. C'est de leur santé et de leur avenir qu'on parle.

Mais vous, les candidats, vous pouvez agir en refusant, chaque fois que cela est possible, un poste trop éloigné de votre domicile.

Donner les moyens aux pendulaires de se déplacer en transports publics.

Oui mais, si les transports sont lents, inadaptés, polluants pour certains, et de plus en plus chers, quel est l'intérêt ?

Nous sommes convaincus que, si les offres sont adaptées, elles seront immédiatement prises d'assaut par les citoyens.

L'un des plus beaux exemples est la liaison entre Genève-Cornavin et Lancy-Pont Rouge. Pendant des mois, j'étais souvent seul dans le train ou nous étions une poignée d'usagers. Aujourd'hui, les citoyens l'ont adopté, et ce projet est victime de son succès vu que le doublement des équipements et le doublement des fréquences suffit à peine à répondre à la demande. Et je ne vous parle même pas du M2 de Lausanne qui a fêté son millionnième passager après trois mois alors qu'il était attendu après 2 ou 3 ans.

C'est ainsi qu'il faut agir et prévoir l'avenir de nos enfants et maintenir un confort de vie agréable.

Aujourd'hui, on investit des millions, pour ne pas dire des milliards dans des routes, et cela ne résoud pas le problème. J'aurais envie de dire, sur le ton de la plaisanterie, aux conseillers d'Etat : "Mais arrêtez de construire des pistes de droite sur les autoroutes, les gens ne s'en servent pas !"

Plus sérieusement, bien sûr que nous devons entretenir nos routes et donner également à ce mode de transport plus de confort mais, en incitant, voire en obligeant les autorités à sponsoriser massivement les transports publics, cela va coûter très cher et donc cela peut suggérer à nos autorités de faire une politique plus orientée vers le bien-être avec une vision à long terme. En diminuant et le temps et la charge des transports, les citoyens pourront mieux planifier leurs loisirs, leurs besoins en matière de crèches, penser à leur santé en trouvant le temps de faire du sport. En apportant des solutions politiques incitant les entreprises à recruter plus local, tout le monde serait gagnant.

Cette initiative pourrait inciter nos politiciens à faire des lois plus proches des citoyens, à avoir une vision à long terme plutôt que celle de l'économie qui prône la rentabilité à court terme et c'est peut-être l'appel citoyen qu'ils attendent pour agir.

Si nos autorités ne prennent pas aujourd'hui ce virage important, qui doit être fait de façon intelligente et constructive, d'autres projets sociaux vont naître, je pense par exemple à l'obligation qu'a aujourd'hui la Confédération de soutenir financièrement les 50+, alors qu'une politique du recrutement de ces populations par l'Etat, mais aussi en faisant des lois incitant les entreprises à le faire, permettraient à la fois de bénéficier de l'expérience et des compétences des seniors et de faire des économies.

Alors il faudrait peut-être lancer une initiative pour proposer que l'Etat sponsorise le transport des pendulaires ce qui les inciterait à prendre les transports publics.

Nous pourrions engager des jeunes étudiants en sciences politiques pour récolter les signatures et leur donner une première expérience du terrain de la démocratie directe.

Nous pourrions aussi engager des seniors ayant participé à des projets politiques, aujourd'hui au chômage, comme chefs de projet et faire appel à leur réseau et à leur expérience pour réussir le projet.

Convaincus qu'il n'y a pas d'autres alternatives pour que le monde change, nous avons besoin de récolter des fonds pour mener ce projet à terme et, si nous vous avons convaincu, alors vous pouvez agir en donnant CHF 1.- oui, oui, seulement CHF 1.- en envoyant le SMS "BOOST NTFR" au 363 (1.-/SMS).

Pourquoi seulement CHF 1.- ? Car il faut que nous ayons la certitude que beaucoup de personnes sont convaincues pour que le projet passe la rampe des votations. Si vous êtes convaincu qu'avec si peu on ne fait rien, alors c'est une bonne raison pour inviter vos parents, connaissances, amis, voisins, partenaires à également envoyer un SMS.

Vous pensez que notre proposition est utopique et que nous n'y arriverons jamais ?

Vous avez sûrement raison ! Mais la prochaine fois que votre voiture consommera CHF 1.- d'essence pour ne vous faire avancer que d'un seul mètre, pensez à nous ! Envoyez-nous un petit SMS, cela nous fera plaisir de savoir que vous avez changé d'avis.

L'association Workfair 50+ a lancé le mardi 10 juillet 2018 une initiative pour un taux unique de cotisations LPP quel que soit l'âge de l'assuré, au lieu du taux progressif qui, selon elle, pénalise les plus de 50 ans sur le marché du travail.

Cette initiative est en cours de récolte de signature. Si vous souhaitez signer l'initiative, vous devez le faire avant le 10.01.2020, fin de la pédiode légale. Vous trouverez le bulletin sur le site de l'association.

la presse en parle


Café Tremplin ®

Ce concept a été nommé Café Tremplin

  • café parce que cela se passe autour d'un café
  • tremplin parce que nous espérons que cette initiative soit un tremplin pour les chômeurs

L'objectif est de leur permettre de trouver, par ce biais, rapidement un nouvel emploi.

Ce concept s'est concrétisé grâce à plusieurs associations ou projets citoyens.
Vous trouverez ici les projets actifs
.


CoWorking

Le chômage de longue durée, que les seniors peuvent parfois vivre, conduit souvent à l'isolement.

Pour rendre cette situation aussi rare que possible, nous souhaitons créer un lien entre les centres de coworking et les seniors au chômage.

Ces centres regorgent de jeunes pousses innovantes et talentueuses, qui pourraient bénéficier des compétences des personnes très expérimentées que sont de nombreux seniors actuellement au chômage.

A cette fin, nous avons créé le site web coworking‑directory.ch qui recense les différents sites de coworking. La présence y est gratuite, et les sites qui participent à ce projet seront dotés d'un logo qui donnera l'information aux clients potentiels qu'ils peuvent, dans leur espace de coworking, bénéficier de l'aide de seniors expérimentés pour leurs projets. Cela ne changera en rien la collaboration entre jeunes telle qu'elle existe déjà aujourd'hui.

Par cette initiative, nous souhaiterions créer un lien entre ces deux groupes et, pour cela, donner accès gratuitement aux centres de coworking aux chômeurs de plus de 45 ans afin qu'ils puissent garder un lien social avec le monde du travail, réseauter, aider, collaborer et pourquoi pas rejoindre une idée, un projet, dans un premier temps peut-être bénévolement, mais par la suite retrouver, par cette initiative, une activité professionelle motivante.

Nous invitons les centres de coworking qui seraient d'accord de rejoindre ce projet et de consacrer un peu de temps pour nous aider à l'améliorer en y apportant des idées pour en faire un projet abouti à nous contacter.

 

Contactez-nous

Pas de fin de droits pour les chômeurs de 55 ans et plus

Un article du Temps nous a mis la puce à l'oreille.

La semaine dernière, trois associations ont lancé la pétition «Pas de fin de droits pour les chômeurs de 55 ans et plus». Sans aller jusque-là, c’est un changement d’état d’esprit qui doit opérer. L’employabilité des seniors doit être améliorée. Les entreprises devront, bon gré mal gré, se tourner vers les seniors, les engager, les réintégrer et mieux les former aux besoins en vigueur.

Publie Ghislaine Bloch le lundi 11 juin 2018 à 17:21.

Nous avons trouvé cette initiative très intéressante parce qu'elle cherche à la fois à prévenir la faillite de l'aide sociale et valoriser le savoir-faire des seniors. Tout comme les médias qui ont pris conscience du problème, nous avons décidé de la relayer sur le site.


Cette nouvelle loi est-elle la solution ? Nous disons oui, si le monde de l'économie ne veut pas des seniors.
Vous n'êtes pas d'accord ? Faites-nous part de vos idées en participant à nos projets.

Pour nous, l'économie va payer quelle que soit la solution trouvée :

  • par une hausse des impôts si la demande de l'aide sociale explose
  • par des augmentations de salaire des collaborateurs pour pallier aux nouvelles charges
  • par des partis politiques qui peuvent menacer les accords bilatéraux et par ce fait leurs exportations
  • par une augmentation des coûts de l'assurance chômage si cette initiative devait passer

Contrairement aux options présentées, embaucher les seniors est celle qui coûtera le moins cher car les charges sociales seront partagées entre employés et employeurs. De plus, ces entreprises auront dans leurs équipes des personnes motivées et heureuses d'avoir retrouvé un travail. Pour toutes les autres options, elles devront faire face à de nouvelles charges pouvant mettre leur activité en péril.

Vous êtes décideur et vous vous dites que nous avons raison ? Alors faites un geste citoyen et faites-nous savoir que vous êtes prêt à embaucher des seniors via notre page de contact.